En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
Accepter
L'alimentation "Doudou", le surpoids est-il un problème psychologique ?
Gérez les facteurs psychologiques
La Lettre du Dr Jean-Michel Cohen
Apprenons à mieux manger
Les raisons d’une prise de poids peuvent être multiples. Aujourd’hui, je veux vous parler du facteur “psychologique”. Lisez bien ce qui suit et vous verrez que la 3ème raison évoquée dans cette vidéo est souvent essentielle.
Chère BienMangeuse, cher BienMangeur,
Vous m’avez sans doute déjà entendu le dire : le surpoids n’est pas qu’une affaire de balance, de graisses qui s’amassent “mécaniquement” parce qu’on mange trop ou mal. Il tient, fréquemment, à des facteurs personnels.

La prise de kilos peut s’avérer, dans ces cas-là, la répercussion, l’effet, le dommage collatéral d’ennuis ou sentiments intimes. Voici ce qui peut expliquer la prise de poids, et peut-être la votre.

Les kilos émotionnels… ça vous dit quelque chose ? :)

Les kilos émotionnels… ça vous dit quelque chose ? :)

En somme, il arrive que vous grossissiez non en raison de ce que vous avez dans votre assiette… mais à cause de ce qui s’accumule dans votre tête. Pour autant, devez-vous mettre toute la responsabilité des excès alimentaires sur le dos de ces seules questions psychologiques ?

Le surpoids, un “problème psychologique” ?


En vérité, l’explication “psychologique” est devenue au fil des ans une case fourre-tout. À tel point que j’en ai assez (et sans doute vous-aussi) qu’on réponde de façon simpliste : “C’est à cause du stress”, à tout individu se plaignant d’avoir pris du poids.

Ne pas pouvoir contrôler son poids, ses habitudes alimentaires ou sa nourriture, ne provient pas forcément du stress. Sans aller plus loin, il faut développer ce que signifie “un problème psychologique'', en chercher la source, l’origine et, mieux, des solutions.

L’utilisation du terme stress, c’est souvent la poubelle de toutes les explications vaseuses, terminologie qui sert à désigner tous les troubles du mal-être sans apporter la moindre nuance.

La nourriture comme un doudou pour compenser ?

La nourriture comme un doudou pour compenser ?

Aussi, mettons les choses au clair : un facteur psychologique entre bel et bien en jeu dans le surpoids. D’une certaine manière, il existe même une sorte d’effet de balance – sans jeu de mots – entre le psychisme et la prise et/ou la perte de de poids.

Pour autant, régler un problème d'ordre psychologique ne suffit pas pour obtenir une baisse de kilos...

De bons résultats ne seront obtenus que si les deux sont traités en même temps.

Des traitements inadaptés


L’ennui, c’est que les traitements actuels sont peu efficaces. Les méthodes comportementalistes, séduisantes sur le papier, offrent très peu de résultats, en tout cas pour la perte de kilos.

Combattre le surpoids : c’est aussi un combat contre soi-même

Combattre le surpoids : c’est aussi un combat contre soi-même

Au mieux, on obtient une réduction des troubles du comportement alimentaire, mais cela conduit souvent ensuite à une stagnation du poids.

Au final, la thérapie sert surtout à régler un problème psychologique en utilisant l’argument de la prise de poids, ce qui est un premier point positif, mais sans agir sur le problème nutritionnel de fond en lui-même.

Les personnes en surpoids ou obèses qui consultent cherchent à voir leurs kilos s’enfuir, mais aussi à régler les troubles du comportement alimentaire qui les handicapent socialement.

S’opère un effet ciseaux : l’angoisse que génèrent les troubles génère une nouvelle angoisse, qui s’additionne à la première et qui incite à manger pour la calmer. Je ne tiens pas à inonder cette lettre de termes trop compliqués, en recourant aux mots névroses, psychoses, états dépressifs.

De la couleur dans l’assiette et de la couleur dans la vie !

De la couleur dans l’assiette et de la couleur dans la vie !

D’autant qu’en employant cette terminologie, on oublie le facteur à l’origine du surpoids, la plupart du temps un événement de la vie.

Prendre en charge la tête autant que le corps


Nous savons aujourd’hui que le surpoids peut être la conséquence de facteurs génétiques mais aussi psychologiques.

Dans de nombreux cas, la prise alimentaire, donc l’ajout des kilos, sert en réalité à compenser des troubles plus graves, qui éclateraient au grand jour s’il n’existait pas la possibilité de se nourrir afin d’effacer des douleurs, des peurs

Savoir Maigrir, c’est se libérer psychologiquement et physiquement

Savoir Maigrir, c’est se libérer psychologiquement et physiquement

Les consultations de nutrition se doublent dès lors souvent d’un travail psychologique, l’aliment et la prise en charge du régime, associés à la qualité de la relation avec le thérapeute, fonctionnant presque comme une psychothérapie.

Ainsi, une personne qui réussit son régime peut améliorer son état psychologique. Mais s’il y a échec de l’amaigrissement ou si le trouble est trop profond, la situation ne fera qu’empirer.

Voilà pourquoi, même si nous trouvons une origine génétique à un surpoids, le médecin comme le patient doivent s’interroger sur la nature de la prise de kilos et sur l’événement qui l’a provoquée.

Application et plans de repas pour vous accompagner à chaque instant

Application et plans de repas pour vous accompagner à chaque instant

Par expérience, j’ai constaté – mais je ne suis pas le seul – que cette date de rupture était très souvent la clé du problème.

C’est pourquoi je ne comprends pas qu’on refuse, comme cela arrive parfois, un amaigrissement à une personne en difficulté psychologique, la condamnant ainsi à subir son surpoids et donc à souffrir deux fois.

Une fois ce jour où cet événement décelé, un déclic apparaît. Et ce déclic, cette raison qui vous est personnelle, va faciliter le long processus d’amincissement.

Ce déclic, cela peut aussi être un objectif, un désir, une volonté. Et c’est peut-être ce qui vous anime aujourd’hui : la volonté de perdre du poids pour prendre soin de votre santé, pour profiter de ceux que vous aimez… Cela vous est forcément très personnel.

Et si vous lisez cette Lettre, c’est sans doute que vous cherchez juste l’interrupteur qui va enclencher votre démarche. Regardez cette vidéo où j’expose 6 raisons à la prise de poids. Et vous verrez, l’interrupteur est à portée de mains. :)
Votre bien dévoué,
signature

FACEBOOK Youtube Instagram
Par où faut-il commencer pour commencer à maigrir ?
Suivons les 4 étapes suivantes.

Étape 1 : Faites votre Analyse minceur gratuite
Étape 2 : Suivez nos conseils tous les jours sur les réseaux sociaux Instagram et Twitter ou assistez gratuitement à une consultation en direct sur Facebook ou YouTube.
Étape 3 : Inscrivez-vous en choisissant Votre Formule personnalisée et Votre diététicienne : Cliquez ICI.
Étape 4 : Commencez à perdre du poids dès votre inscription : objectif -2 kilos la première semaine !
Vous aimerez aussi :
- Les 3 choses simples à connaître pour manger équilibré pendant le confinement
- Les 10 aliments santé de l’automne et 10 recettes qui vont avec
- Faites Baisser Votre Cholestérol : voici les aliments santé à favoriser
- Il était une fois les Acides Gras : Choisissez Le Bon Gras Sans Grossir
- Diabète : quelle alimentation adopter pour votre santé ?

Pour consulter toutes les archives des Lettres d'Information, cliquez ici.

Pour maigrir et manger mieux, vous ne serez jamais seul(e).

Pour nous contacter à propos de cette Lettre ou du programme, composez le 04 81 09 04 30 - coût d'un appel local, du lundi au vendredi de 9h à 18h.

Cette Lettre d'information gratuite vous est envoyée par jmc1@click-aujourdhui.com
suite à votre Analyse Minceur sur Savoir Maigrir avec le Dr Jean-Michel Cohen.
Pour ne plus la recevoir cliquez ici.
Pour voir la version en ligne, cliquez ici.

© 2020 Aujourdhui.com/Anxa Limited.
Tous droits réservés.