En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
  • Accueil
  • Jean-Michel Cohen
  • Méthode de coaching

Blog de Jean-Michel Cohen


Le blog Jean-Michel Cohen est un espace d’information privilégié dédié exclusivement aux participant(e)s du programme Savoir Maigrir sur Internet. Le blog Jean-Michel Cohen est mis à jour par Jean-Michel Cohen lui-même. Il profite de ce support pour vous informer au quotidien de toutes ses interventions média et des nouvelles recherches en nutrition. Ne manquez plus aucun scoop grâce au blog Jean-Michel Cohen. Le blog Jean-Michel Cohen est une rubrique incontournable du programme de perte de poids.

Jean-Michel Cohen, qui apparaît régulièrement sur le petit écran et sur les ondes radio, est bien connu pour parler vrai et ne pas mâcher ses mots. Il vous livre ici des conseils nutritionnels et vous aide à décoder l’information alimentaire. Il fait notamment le jour sur les étiquettes des produits de la grande distribution et les dangers que peuvent représenter la consommation de certains aliments sur le long terme.


10 conseils pour gérer les fêtes !

Posté le 18-decembre-2017

Les fêtes de fin d'année sont synonymes de convivialité, mais souvent également placées sous le signe des plaisirs alimentaires qui peuvent être sans limites. Même dans ces circonstances il paraît moins évident de surveiller sa ligne, rassurez-vous, vous pourrez tout à fait concilier le plaisir de participer à une réunion familiale et la satisfaction de résister aux tentations.

L'important c'est d'acquérir la connaissance de ce dont votre organisme a vraiment besoin et de savoir ce qui vous fait vraiment plaisir. Ne renoncez pas aux plaisirs mais essayer de faire des choix qui ont du sens et de mettre en place des petites stratégies pour limiter les orgies que vous risqueriez de regretter par la suite.

Voici 10 conseils pratiques imparables pour limiter les excès des fêtes sans négliger le plaisir :
- Si vous êtes invité, proposez à votre hôte d'apporter l'entrée, le plat ou le dessert. Vous pourrez ainsi prévoir une recette savoureuse mais peu calorique... en plus d'être un(e) convive idéal(e), vous aurez déjà contrôlé une partie du repas.
- Consommer 2 blancs d'œufs durs en fin d'après-midi. Grâce à l'effet rassasiant quasi immédiat de ces protéines maigres, vous n'arriverez pas affamée à la soirée, et il sera plus facile de ne pas vous jeter sur les toasts dès l'apéritif !
- Ne dépassez pas un apéritif et buvez-le lentement en discutant avec les autres convives. Évitez ceux à base de jus de fruits qui ont tendance à ouvrir l'appétit !
- Mangez lentement, afin de davantage déguster et ainsi de prendre le temps de satisfaire vos papilles. Il sera alors plus aisé de réduire les quantités consommées car vous percevrez mieux les sensations de satiété.
- Discutez, aidez au service, jouez avec le enfants, dansez... dans les périodes de vide, en plus de dépenser plus d'énergie qu'en restant assise sur votre chaise, vous serez moins tenté(e) par des grignotages notamment sur les produits qui sont sur la table (pain, le beurre...) que si vous restez immobile à attendre.
- Ayez toujours à table un verre d'eau pour étancher votre soif et limitez-vous à un verre de vin pour le plaisir. En plus d'apporter des calories supplémentaires, l'alcool gêne la perte de poids. De plus même avec une légère alcoolisation, on contrôle moins ses actes et donc moins facilement le reste du repas !
- Limitez les portions et évitez de vous resservir. Un bon repas ne doit pas être un repas gargantuesque ! Apprenez à vous faire plaisir sur des portions raisonnables et ne vous resservez pas, vous ferez déjà une belle économie sur les calories.
- Oubliez le pain et le beurre. Même s'il est souvent présent sur les tables les jours de fêtes, rien ne vous oblige à accompagner chaque plat d'une tartine beurrée, ni à saucer chaque assiette. Prenez une tartine légèrement beurrée en début de repas avec la préparation qui vous fait le plus plaisir, et n'en reprenez pas du repas. Évitez de saucer les plats, en plus de contrôler la sauce souvent grasses, vous supprimez également une bonne partie de pain !
- Évitez de resaler les plats. Les repas de fêtes sont déjà suffisamment riches en sel ! Le sel à en effet pour effet de retenir l'eau dans l'organisme et donc d'augmenter légèrement votre poids.
- Lancez l'idée de faire une balade digestive après les déjeuners et de danser en soirée. Rien de tel qu'un rock endiablé pour vous brûler une partie des calories supplémentaires ingérées !

Si vous recevez, aidez-vous de nos repas festifs dans la rubrique FICHES PRATIQUES. Et après la fête... nos formules de rattrapage dans cette même rubrique et un surplus d'activité physique vous aideront à compenser !

Lire les commentaires (2)


Les aliments pour bien dormir !

Posté le 11-decembre-2017

La mauvaise hygiène alimentaire est une des causes des troubles du sommeil. Pour passer une bonne nuit, il est important de ne pas négliger le soin apporté à l'élaboration du dîner. Ce dernier repas avant le jeûne de la nuit ne doit en effet être ni trop riche, ce qui rendrait la digestion difficile, ni trop léger et donc pas suffisamment rassasiant.

En effet, ces deux cas gêneraient l'endormissement ou pourraient provoquer des réveils nocturnes qui sont également l’occasion de fringales et parfois de grignotages importants. Ce dîner équilibré sera de préférence terminé au moins 1 heure avant d'aller au lit.

Dans votre assiette, prévoyez :
- Des aliments riches en glucides complexes (pâtes, riz, pain...).
Contrairement à une idée répandue, le fait de consommer des féculents en quantité raisonnable au dîner ne fait pas grossir, ils favorisent même un bon sommeil. Les féculents surtout complets sont source de magnésium, un minéral anti-stress, mais également de vitamines du groupe B qui participent au métabolisme des glucides et à la transmission de l'influx nerveux. Enfin, ils sont riches en un acide aminé appelé tryptophane qui est précurseur de la sérotonine et favorise ainsi la détente, le sommeil. 
Consommer une petite portion de féculents le soir n'est en rien contraire au programme, à condition d'éviter de les inonder de sauce grasse ou de beurre.
- Du lait ou produit laitier, riches en tryptophane, ils aideraient également à l'endormissement.
Terminez votre repas par un produit laitier au lait écrémé ou demi-écrémé et pas trop sucré ou remettez à l'honneur le verre de lait écrémé ou demi-écrémé avant d'aller au lit.
- Des fruits et légumes : le magnésium est le minéral anti-stress par excellence, car il agit comme régulateur du système nerveux. 
Les fruits et légumes en sont de bons pourvoyeurs, et complétez si besoin avec une eau minérale riche en magnésium. On pense parfois que les oranges sont à éviter au repas du soir en raison de la vitamine C. Cette réputation ancienne d’excitant et de responsable d'insomnies n'est en réalité pas fondée. Une étude a d'ailleurs prouvé qu'aucune modification des cycles ou de l’organisation du sommeil n’est retrouvée chez des sujets ayant absorbé la vitamine C. Les doses données dans ces expériences (4 grammes de vitamine C) sont l’équivalent de 10 kg d’oranges ou
de pamplemousses ! Sachez d'ailleurs que contrairement à ce que l'on croit, l'orange n'est pas le fruit le plus riche en vitamine C. Elle est de loin devancée par la goyave et le cassis !

Evitez  en parallèle :
- L'excès de graisses saturées (crème, beurre, sauces grasses), les charcuteries grasses ou viandes grasses et les fritures.
- L'alcool, la caféine et le tabac qui sont des excitants. Ils peuvent ainsi troubler le sommeil. Évitez les cafés, thés et sodas caféinés ou boissons énergisantes après 17h et limitez le tabac et l'alcool dans les 2 heures qui précèdent le sommeil au moins. La bière est un peu à part car elle contient de la mélatonine. Une astuce à utiliser de temps en temps pour des raisons évidentes de consommation d’alcool. De temps en temps 250 ml de bière = 1 fruit + 30 g de pain OU 250 ml de bière sans alcool = 1 fruit. 

Pour compléter ces conseils alimentaires, maintenez une activité physique régulière à raison de 30 minutes de marche par exemple par jour, de préférence à l’extérieur. Avoir une activité physique régulière présente deux intérêts : celui d'améliorer votre sommeil directement,
mais également d’avoir une action anti-stress.

Enfin, avant d'aller au lit, il est important de soigner son environnement en limitant ordinateur, tablette et téléphone portable dans la chambre. Une à deux fois par semaine évitez d'allumer la télé et privilégiez la lecture.

Et pour finir, pensez à dormir dans une tenue adaptée en évitant principalement les élastiques serrés à la taille et ne surchauffez pas la chambre (19°C).

Bonne nuit à toutes et tous !

Lire les commentaire (0)


Un dessert au chocolat original, savoureux et diététique : ça existe ?

Posté le 9-decembre-2017

 

Si vous pensiez que la seule alternative aux glaces était les sorbets, voici la recette des bâtonnets de petits-suisses glacés enrobés de chocolat !

On peut en effet utiliser l'onctuosité des petits-suisses plutôt que de la crème fraîche et on appréciera le goût du chocolat dans le glaçage extérieur.

Préparation :

  • 10 min Congélation
  • 4 h Réfrigération
  • 30 min

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 8 petits-suisses nature (à 0% pour vous et entiers pour les enfants)
  • 8 bâtonnets pour glace
  • 60 g de chocolat noir pâtissier
  • 2 cuillères à soupe d'eau 

Marche à suivre :

  • Démoulez chaque petit-suisse, retirez le papier, puis replacez-les dans leur pot.
  • Plantez un bâtonnet dans chaque petit-suisse et placez-les au congélateur pendant 2 heures.
  • Faites fondre le chocolat quelques secondes au micro-ondes avec l'eau et roulez vos petits-suisses de manière à les enrober de chocolat. Le chocolat figera rapidement au contact des petits-suisses congelés.
  • Remettez 2 heures au congélateur, puis 30 min au réfrigérateur avant de consommer.
Lire les commentaires (6)


Recette minceur : Soupe de potiron

Posté le 7-decembre-2017

Savourez cette délicieuse soupe orangée au goût doucereux relevée d'une pointe de muscade, parfaite pour débuter un repas haut en couleur !

Ingrédients pour 1 personne(s) :
- 250 g de potiron
- 1/2 oignon
- 400 ml d'eau
- 1 cube de bouillon de légumes dégraissé
- 1 pincée de noix de muscade
- 1 feuille de coriandre (décor)

Marche à suivre :
- Peler, couper et laver le potiron en gros dès. Peler l'oignon.
- Dans une cocotte minute à feu vif, disposer les dès de potiron, l'oignon, le cube de bouillon de légumes dégraissé et l'eau. Faire cuire sous pression 10 minutes.
- Stopper la cuisson puis mixer l'ensemble et servir avec une pincée de noix de muscade et une feuille de coriandre. Si la consistance est trop liquide, faire réduire la soupe à petit feu jusqu'à évaporation suffisante de l'eau.

Lire les commentaires (2)


Zoom sur les perturbateurs endocriniens

Posté le 4-decembre-2017

Historiquement, les perturbateurs endocriniens ont commencé à attirer l'attention des chercheurs dès les années 1950. Mais c'est l'affaire du distilbène qui, dans les années 1970, a fait exploser le sujet sur la scène scientifique et médiatique.

Faisons un peu de physiologie : le système endocrinien (ou hormonal) est constitué de différentes glandes (thyroïde, ovaires, testicules, hypophyse, pancréas, etc.) qui produisent des hormones (hormones thyroïdiennes, œstrogènes, testostérone, insuline, etc.).

Ces hormones, libérées dans la circulation sanguine et lymphatique, jouent le rôle de messagers et régulent ainsi, au niveau des organes cibles, de nombreuses fonctions essentielles de l’organisme : la reproduction, le développement du fœtus et de l’enfant, la régulation de la glycémie...

Pour simplifier, notons que les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques qui empêchent le bon fonctionnement du système hormonal et provoquent un effet néfaste pour la santé.

Selon le produit considéré, ils vont :
- modifier la production naturelle de nos hormones naturelles (œstrogènes, testostérone) en interférant avec leurs mécanismes de synthèse, de transport, ou d'excrétion ;
- mimer l'action de ces hormones en se substituant à elles dans les mécanismes biologiques qu'elles contrôlent ;
- empêcher l'action de ces hormones en se fixant sur les récepteurs avec lesquels elles interagissent habituellement.

Il existe des perturbateurs endocriniens :
d’origine naturelle : phyto-oestrogènes (molécules présentes dans certains végétaux qui miment les hormones) présents dans le germe de blé ou le soja, coumestrol dans les haricots, mycotoxines présentes dans certaines espèces de champignons, etc;
de synthèse : par exemple le tributylétain, des nonylphénols, le PCB, ou certains pesticides interdits aujourd’hui (ex. DDT).

Depuis une dizaine d’années, l’augmentation de la fréquence d’anomalies du développement des organes ou de la fonction de reproduction, de cas de pubertés précoces, ou l'apparition accrue de certains cancers hormono-dépendants pourraient être liées entre autres à l’exposition aux perturbateurs endocriniens.

A noter également que les effets des perturbateurs endocriniens sur la santé dépendent de l’âge et de l’état de santé des individus exposés. Une plus grande attention est donc portée aux populations identifiées comme potentiellement plus sensibles et les mesures, qui peuvent s’imposer, les visent en priorité.

Cependant, très peu d’études permettent aujourd’hui d’établir un lien de cause à effet clair entre la survenue de troubles et maladies chez l’homme et l’exposition aux perturbateurs endocriniens. De même, il n’existe pas à ce jour de liste officielle de perturbateurs endocriniens susceptibles d’être retrouvés dans les produits de consommation courante.

On peut citer tout de même :
des produits de combustion
des produits industriels ou domestiques comme :
- les phtalates, ou le bisphénol A utilisés dans les plastiques ;
- les parabènes, conservateurs utilisés dans les cosmétiques ;
- les organochlorés (DDT, chlordécone…) utilisés dans les phytosanitaires ;
- l'étain et dérivés utilisés dans les solvants.

Je vous conseille de toujours ouvrir l'oeil quant à vos choix alimentaires, mais aussi dans le choix des ustensiles de cuisson ou de réchauffage comme le fait de préférer le verre au plastique pour un passage au four à micro-ondes par exemple. Le fait-maison, les produits simples et locaux s'appliquent dans mon programme mais cela devrait s'étendre au delà de l'alimentation.

Lire les commentaire (1)


4 formules de petit déjeuner au top

Posté le 27-novembre-2017

Bonjour,

Vous m’avez parlé lundi lors de la consultation de groupe de vos envies de varier les formules petit déjeuner. J’ai le plaisir de vous proposer ce jour 4 idées sucrées ou salées.

Classique :
Pour la base à 1400 kcal :
1 thé ou café sans sucre
30 g de pain tradition, complet, céréales, intégral  OU 2 wasas
10 g de beurre OU 15 g de purée d’amandes ou noisettes OU 1 cuillerée à soupe de miel ou de confiture
1 laitage à maxi 55 kcal par pot OU 150 ml de lait écrémé
1 fruit OU 150 ml de pur jus

Bien-être :
Pour la base à 1400 kcal : 
1 thé ou café sans sucre
Porridge aux amandes et abricots secs (40 g de flocons d’avoine, 150 ml de lait écrémé, 15 g d’amandes concassées, 30 g d’abricots secs)

Plaisir :
Pour la base à 1400 kcal : 
150 ml de lait écrémé + 1 cuillerée à soupe de cacao en poudre
1 part de brioche (40 g)
1 clémentine OU 1 kiwi OU ½ pamplemousse

Salé :
1 thé ou café sans sucre
30 g de pain tradition, complet, céréales, intégral OU 2 wasas
5 g de beurre OU 2 carrés frais 0% MG OU 30 g de cancoillote OU 20 g de chèvre fais à tartiner
1 œuf  OU 2 tranches de jambon OU 40 g tranches de saumon fumé
1 fruit OU 150 ml de pur jus

A vos papilles !

Lire les commentaires (6)


Ma recette de la soupe Miso

Posté le 25-novembre-2017

Bonjour,

Nous sommes bientôt en hiver, rien de tel qu'une bonne soupe pour se réchauffer. C'est pourquoi, je viens vers vous aujourd'hui pour vous présenter une recette que j'adore : la savoureuse soupe Miso !

Cette soupe, d'origine japonaise, est extrêmement nourrissante malgré son aspect de bouillon. Il faut savoir également qu'au pays du soleil levant la soupe Miso peut être servie à tous les repas de la journée pour accompagner les sushis, les makis ou encore les tempuras.

Recette de la soupe Miso

Ingrédients pour 1 personne :
15 g d'algue Wakamé (poids sec)
1 oignon
1 CàS de pâte miso

Marche à suivre :
Laver l'algue Wakame (15 g) et la laisser tremper 1 heure avant de la couper en morceaux.
Faire cuire, dans une quantité suffisante d'eau, l'algue et l'oignon coupé en demi-lune, pendant une demi-heure.
Couper le feu et mélanger une cuillère à soupe de miso, puis laisser mijoter encore cinq minutes à feu très doux.

Voila, je vous propose de tester cette soupe et surtout de me donner votre avis.

Bonne journée !

Lire les commentaires (5)


Zoom sur les aliments bio

Posté le 20-novembre-2017

Propriété exclusive du Ministère de l’agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt qui en définit les règles d’usage, la marque AB de certification, comme le logo bio européen, identifie des produits 100% bio ou contenant au moins 95% de produits agricoles bio dans le cas des produits transformés. Son utilisation est cependant facultative.

Mais qu'est-ce que cela signifie ?
Les aliments bio sont produits à partir d’ingrédients cultivés sans produits chimiques de synthèse et sans OGM (organismes génétiquement modifiés). Ils ne contiennent ni exhausteurs de goût, ni colorants, ni arômes chimiques de synthèse. L’utilisation d’additifs y est également très fortement limitée.

De même le mode d’élevage doit y être fondé sur le respect du bien-être animal. Les animaux disposent obligatoirement d’un accès au plein air et à plus d‘espace. Ils sont nourris avec des aliments bio principalement issus de la ferme et sont soignés en priorité avec des médecines douces.

L'agriculture Biologique a pour but aussi le maintien de la fertilité des sols par une rotation des cultures par exemple, mais aussi le respect de la qualité de l'eau par l'utilisation d'engrais organiques en quantité limitée.

Ces labels garantissent aussi une certaine authenticité des produits, cependant attention à ne pas faire de raccourcit entre BIO et BON.

Même au sein de l'agriculture biologique, on retrouve des aliments trop gras, trop sucré contenant des sirop de glucose-fructose dont on cherche à s'éloigner pourtant. De même il est faux de croire que manger bio vous garantie une alimentation sans huile de palme. 

Gardez un oeil vigilant quant à vos choix de produits, même labellisés Bio.

J'ajouterai aussi que les certifications européennes sont plus strictes que celles hors UE, aussi comme on le ferait dans une alimentation classique, préférez consommer local et par extension de saison !

Lire les commentaires (4)


Hamburger de tomate

Posté le 16-novembre-2017

Bonjour,

Cette recette originale a de quoi surprendre quant à sa saveur ! L'astuce de remplacer le pain brioché industriel du burger, souvent source d'acides gras trans, par une belle tomate garantit incontestablement l'atout nutritionnel. De même, l'utilisation d'une viande à seulement 5% de MG accentue l'allégement de cette nouvelle image du burger. 

Hamburger de tomate

Ingrédients pour 1 personne(s) :

  • 1 grosse tomate
  • 1 steak haché de boeuf à 5% de MG
  • 3 feuilles de salade
  • 1 tranche de fromage pour burger
  • 1 CàC de moutarde
  • Sel, poivre
  • 1 CàC de basilic haché
  • 1/4 de CàC de curry
  • 1/4 d'oignon


Marche à suivre :

  • Laver puis couper la tomate en 2 et la faire griller au barbecue (ou gril du four) en veillant à ce qu'elle ne se désagrège pas. Griller également l'oignon coupé en rondelles et la viande.
  • Prendre les moitiés de tomate, les badigeonner de moutarde. Ajouter le basilic haché, puis les feuilles de salade émincées.
  • Rajouter le steak cuit et assaisonné (de sel, poivre et curry), la tranche de fromage. Éventuellement remettre quelques instants sur le barbecue pour que le fromage fonde légèrement.
  • Bon appétit !
Lire les commentaires (6)


Le café : vertus et dangers

Posté le 13-novembre-2017

 

Le café est une graine extraite du fruit du caféier. On en distingue deux grandes catégories :
- l’arabica : cultivé à haute altitude en Amérique centrale et Amérique du sud, il a une faible teneur en caféine et possède un goût assez doux et des arômes développés ;
- le robusta : il peut être cultivé à basse altitude, principalement en Afrique et en Indonésie. Comme son nom l’indique il est plus fort que l’arabica, sa teneur en caféine est deux fois plus importante et il donnera un goût plutôt amer et plus corsé que le premier.

La quantité de caféine varie de 60 mg à 150 mg par tasse de 150 ml respectivement pour 6 g d’arabica et de robusta. Les minéraux du café se solubiliseront dans l’eau. Le café contiendra des quantités notables de potassium (66 mg/100 ml) et de vitamine B3 (0.7 mg/100 ml), le robusta étant deux fois plus minéralisé que l’arabica. Ils sont riches en polyphénols : 130 à 300 mg pour 100 ml. A noter que les cafés contiennent des tanins diminuant l’absorption du fer.

Les cafés ont une valeur calorique négligeable de 2 kcal pour 100 ml environ, s’ils sont consommés sans ajout de sucre. Malgré cela, le café ne doit pas être consommé sans modération. La caféine qu’il contient joue l’effet d’un stimulant sur le corps avec une action sur les fonctions
cognitives (vigilance accrue, vivacité intellectuelle) si vous en faites une consommation modérée. Si vous ne buvez jamais de café, vous ressentirez plus fortement ces effets.

Cette stimulation passe également par une augmentation du rythme cardiaque. On conseille de ne pas dépasser 300 mg de caféine par jour soir 3 tasses de café torréfié ou instantanée environ, à modérer en fonction de votre état de santé (hypertension, troubles cardiaques…) et votre sensibilité à la caféine.

Pour les femmes enceintes, on préfère limiter à 1 à 2 tasses par jour maximum. On limitera également les cafés “améliorés” (au lait, cappuccino, macchiato, proposés en dosettes et capsules) qui sont et doivent rester des boissons plaisirs, dont l’apport calorique grimpe !

Le décaféiné est un café qui conserve tout son arôme et son goût malgré l’extraction de la caféine du café vert avant torréfaction. Une tasse de décaféiné apportera 1 à 3 mg de caféine seulement. Conformément à la législation européenne, le café décaféiné est un café torréfié en grains dont la teneur en caféine est égale ou inférieure à 0,1% et un café soluble/instantané dont la teneur en caféine est égale ou inférieure à 0,3%.

Lire les commentaires (2)


201 - 210 de 1472
  • «
  • 1 - 10
  • 11 - 20
  • 21 - 30
  • 31 - 40
  • 41 - 50
  • 51 - 60
  • 61 - 70
  • 71 - 80
  • 81 - 90
  • 91 - 100
  • 101 - 110
  • 111 - 120
  • 121 - 130
  • 131 - 140
  • 141 - 148
  • »

Retrouvez votre ligne en changeant vos habitudes alimentaires

J'ai déjà fait mincir des milliers de personnes et aujourd'hui, c'est vous qui allez en profiter.

Retrouvez la méthode sur

Restez connecté à la méthode Savoir Maigrir de Jean-Michel Cohen grâce à Twitter

Rejoignez la communauté Savoir Maigrir sur Facebook et suivez les dernières nouveautés

Retrouvez toutes les vidéos et l'actu de votre coach grâce à sa chaîne Youtube

Pour vous tenir informé, ajoutez la page Savoir Maigrir à vos cercles sur Google+

Besoin d’aide ?